Saturne – Opposition 2013

Soirée du 24 avril 2013

A quelques jours de l’opposition, la faible hauteur de Saturne à son passage au méridien (environ 30°) ne permettait pas d’espérer des conditions d’observation correctes. Pourtant, les conditions étaient excellentes ce soir là : pas de vent, pas d’humidité et aucune turbulence même à faible hauteur (20°).

A l’oculaire (Mak. 150 à 225x), Saturne apparaissait très nettement permettant de discerner sans difficulté les nuances des formations nuageuses généralement invisibles en observation visuelle. Malheureusement, les différentes séquences réalisées à la PLA-Mx n’ont pas pu être exploitées en totalité :

  • Entre 5 et 40 ms de temps d’exposition ;
  • Entre 50 et 90 % de gain ;
  • 60 secondes par séquence.

Résultat :

  • Aucune séquence n’a pu être traitée par Autostakkert (peut-être un problème de luminosité des images) ; Registax est utilisée pour la totalité du traitement ;
  • Les séquences dont le gain était supérieure à 50 % et le temps d’exposition inférieur à 40 ms étaient trop bruitées, difficilement exploitables même en utilisant la quasi-totalité de la séquences (jusqu’à 2500 images) ;

Pour les prochaines acquisitions :

Si la qualité du ciel et la mise en station le permettent, augmenter le temps d’exposition (> 40 ms), diminuer le gain (< 50 %) et augmenter la durée des séquences (> 60 s) car la rotation de la planète n’est pas perceptible (symétrie).

Exemple :

  • Matériel : Mak. Orion 150/1800, Barlow Televue X2, camera i-Nova PLA-Mx (noir et blanc) et filtre IR-Pass 680 nm
  • Acquisition :  Exposition : 40 ms, gain :  50 %, 80 % des images retenues sur 1500 (60 s)
  • Traitement : Registax 6
  • Conditions de prise de vue : Excellentes
Saturne, le 24/04/13 à 21h41 TU

Saturne, le 24/04/13 à 21h41 TU (22 ° de hauteur)

Soirée du 7 juin 2013

  • Matériel : Mak. Orion 150/1800, Barlow Televue X2, camera i-Nova PLA-Mx (noir et blanc) et filtre IR-Pass 680 nm
  • Acquisition :  Exposition : 50 ms, gain :  78 %, séquence de 120 secondes
  • Traitement : Registax 6
  • Conditions de prise de vue : Bonnes
Saturne, le 07/06/13 à 21h26 TU, 29° de hauteur

Saturne, le 07/06/13 à 21h26 TU, 29° de hauteur

Remarque : l’augmentation du temps d’exposition (jusqu’à 100 ms) ne semble pas avoir d’impact positif sur les acquisitions.

Saturne – Opposition 2012

Dimanche 13 mai 2012

Matériel : Mak. Orion 150/1800, Barlow X2, caméra PLA-C

Traitement : AutoStakkert, Registax 6, Iris (utilisation du tutoriel : http://dl.dropbox.com/u/55119104/Tutorial1_Saturne.pdf)

Saturne le 13/05/12 à 21h22 TU, 34° de hauteur

Saturne – Opposition 2011

Vendredi 25 mars 2011 : à l’occasion de l’opposition de Saturne (1,250 milliards de km de la Terre), je fais mes débuts en astrophotographie. Matériel : Maksutov-Cassegrain 150/1800 Orion, barlow Televue X2 et webcam Philips SPC900NC « optimisée ». La soirée s’annonce bien : alors que de la pluie est prévue pour le lendemain, le ciel est propice à l’observation car très peu turbulent.Après avoir passé pas mal de temps à aligner Saturne dans le capteur de la webcam avec ma barlow, je peux enfin peaufiner mes réglages : luminosité, contraste, gamma, etc… Ensuite, j’affine la mise au point. A chaque étape, je fais l’acquisition de séquences entre 3 et 5 minutes chacune. Finalement, vers 23h20 TU, après plus d’une heure d’acquisitions, j’obtiens une séquence de 5 minutes qui me semble plutôt réussie. Dès le lendemain matin, un traitement sous Registax (2300 images conservées sur 3000), utilisation des ondelettes, puis niveaux sous Iris me permettent d’obtenir ce résultat assez exceptionnel pour un 150mm :

Saturne 25/03/11 23h20 TU

Lundi 25 avril 2011 : Le ciel n’ayant pas été très clément  depuis un mois, je profite de mes vacances et d’une soirée sans nuages pour observer Saturne. Le ciel est dégagé, les étoiles scintillent peu et surtout Saturne est plus haut dans le ciel que fin Mars. Je prend le temps de faire du visuel : Titan et Rhéa sont clairement visibles (magnitude 8,3 et 9,8) tandis que l’on devine Téthys et Dioné (magnitude 10,2 et 10,5). Avec un oculaire Televue Plössl 11 mm (163x) Saturne est bien contrastée et brillante. Les turbulences deviennent sensibles en poussant le grossissement (Vixen NLV 9 mm = 200x). J’en profite pour faire quelques acquisitions mais sans pouvoir faire la mise au point en utilisant Titan, pourtant à proximité du pôle nord. En effet, à moins d’augmenter la luminosité, la sensibilité de la webcam et les turbulences m’en empêchent. Comme la dernière fois, j’effectue donc la mise au point sur l’anneau devant la planète ainsi que sur les formations nuageuses du pôle nord. En traitant des séquences de 3 minutes sous Registax 6, je parviens à faire ressortir Titan (5150 km de diamètre) tout en conservant une  Saturne acceptable :

Saturne et Titan 25/04/11 21h08 TU

Saturne et Titan 25/04/11 21h08 TU

Lundi 23 mai 2011 : Semaine orageuse, alternant ciel voilé et éclaircies en soirée. Ciel propice à l’observation car peu turbulent contre toute attente. Vers 21h00 (heure locale), je tente ma chance, impatient de tester ma nouvelle camera i-Nova PLA-C. Pour rappel : très proche de la SPC900 (capteur identique), la PLA-C s’en distingue principalement par sa gestion de l’USB2 (jusqu’à 30 images/seconde) et des temps de pose plus longs. Installation (trop) rapide du matériel, mise en station (trop) approximative, résultat : Saturne sort du champs en près d’une minute trente. Suffisant toutefois pour l’acquisition d’un nombre important d’images du fait du débit. Les réglages sont plus limités que la SPC900 (gain et exposition) mais les résultats sous Registax 6 sont prometteurs. On remarque l’aplatissement des anneaux et le diamètre angulaire sensiblement plus faible qu’au moment de l’opposition (500 images sur 2000 environ) :

Saturne 23/05/11, 20h28 TU

Saturne 23/05/11, 20h28 TU

Samedi 28 mai 2011 : Ciel légèrement nuageux et voilé mais peu turbulent comme le lundi précédent.

Seconde sortie pour la PLA-C avec des tests de réglage différents : En poussant l’exposition à 40 ms, le débit chute brutalement à moins de 10 images/s. L’idéal semble être 30 ms, permettant de maintenir près de 30 images/s avec un gain de 85-90 % (peut-être trop important car pas mal de bruit).

D’ailleurs, les images ont une dominante verte qui disparait avec une balance des blancs automatique sous Registax. Par la suite, une mise à jour de Registax a permis de résoudre ce problème.

Plusieurs séquences de 120 secondes chacune sont acquises au format .ser et retraitées sous Registax 6 (alignement – compositage – balance auto. des blancs – alignement auto. des couches) et sous Iris (BLACK/WHITE). Je passe sur les difficultés d’alignement de la planète sur le capteur en utilisant le chercheur seul (un flip-mirror ne serait pas un luxe).

La tempête n’est (toujours) pas visible, mais apparemment c’est faisable avec un 150 mm. Il ne reste plus qu’à attendre le bon moment …

Saturne 28/05/11, 21h40 TU

Mardi 14 juin 2011 : Après plusieurs semaines d’un temps couvert et orageux, je peux enfin sortir mon télescope pour tester mon tout nouvel oculaire Televue Plössl 8mm. Malgré un grandissement important (225x = 1,5D), Saturne apparait bien contrastée même si, bien sûr, l’image est moins lumineuse que dans le 11mm. Le faible relief d’œil (6mm) n’est pas réellement un problème, au contraire, il oblige a garder l’œil précisément dans l’axe et calé contre l’oculaire.

L’atmosphère devient rapidement humide, je tente malgré tout quelques acquisitions avec la PLA-C.

La procédure commence a être rodée :

  • Alignement précis du chercheur sur l’axe du télescope ;
  • Utilisation de l’oculaire 8mm et de la Barlow pour centrer Saturne ;
  • Remplacement de l’oculaire par la caméra ;
  • Augmentation du gain au maximum pour visualiser l’image défocalisée sur l’écran ;
  • Si elle n’apparait pas, recentrage avec le chercheur ;
  • Lorsque l’image défocalisée apparait à l’écran, mise au point précise et réglage du gain.

Le ciel commençant a turbuler sérieusement, la mise au point est approximative et lors du traitement sous Registax cela se ressent … aucune séquence ne permet d’obtenir des images correctes. Malgré tout, je fais quelques tests de réglage du gain (entre 80 et 95 %) et du temps d’exposition (entre 25 et 40 ms). En pratique, il ne vaut mieux pas dépasser 30 ms sinon le nombre d’images chute en dessous de 10 i/s. Le gain doit être poussé entre 90 et 95 %, sous peine d’obtenir une image trop sombre, difficilement exploitable sous Registax.