Mars – Opposition 2012

Soirée du 20 février 2012 :

Après plusieurs semaines de ciel dégagé … mais de froid polaire (entre -15 et -20°C la nuit !), le retour de températures a peine en dessous de zéro en soirée me permet de ressortir le matériel à quelques jours de l’opposition de Mars.

Après avoir mis le tube (Mak. Orion 150/1800) à température pendant près de 3 heures, j’installe tranquillement le matériel dans mon jardin (situation pas idéale, mais le champ est relativement dégagé à l’est). D’ailleurs, j’effectue une mise en station si précise que Mars ne quittera pas le champ de la caméra pendant plus d’un quart d’heure sans avoir à repointer !

Pourtant proche de l’opposition, Mars apparait comme un « confetti » avec un grossissement de 225x (8 mm Plössl  Televue). Mais l’image est bien contrastée et je peux observer sans difficulté la calotte polaire ainsi que des formations plus sombres dans la partie sud (Syrtis Major). D’ailleurs, la turbulence s’atténue nettement lorsque la planète dépasse 30° de hauteur.

J’effectue plusieurs acquisitions (barlow Televue x2 + camera i-Nova PLA-C) de 90 secondes (exposition : 28 ms, gain : 65 %). Traitements sous Registax 6 (en conservant environ 1000 images sur 2500). Les meilleurs séquences permettent de faire ressortir les régions de Syrtis Major et Meridiani Sinus (au sud) :

Mars, le 20/02/12 à 21h48 TU, 33° de hauteur

Mars 2012 :

Plusieurs soirées dégagées me permettent de multiplier les observations de Mars, depuis chez moi ou dans le cadre du club de Blenod.

Pourtant, Mars n’est pas une cible facile contrairement à Jupiter ou Saturne. Du fait de son diamètre apparent beaucoup plus faible, elle semble plus sensible aux turbulences qui en masquent les détails. En particulier, lorsque la planète présente la région de Tharsis comportant peu de formations remarquables (première quinzaine du mois, en soirée), elle apparait comme une sphère brillante d’où seule la calotte polaire émerge.

Bref, les dernières acquisitions sont décevantes malgré différents essais de traitements sous Registax 6. Comme souvent, le principal obstacle à l’obtention de bonnes images est … la qualité du ciel !

Fin mars, d’autres occasions d’observer Mars se présentent. Au cours de ces observations, je constate visuellement mais également lors des traitements que la collimation ne semble plus aussi parfaite (apparition d’arcs autour de la planète). Un star test ultérieur me confirmera une légère décollimation mais sans trop de conséquence pour de l’acquisition en lunaire par exemple (cf. Lune du 01/04/12). J’envisage d’effectuer le réglage moi-même (utilisation d’une étoile artificielle) ou chez Optique Unterlinden.

Acquisitions :

Habituellement, seules les régions sombres et la calotte polaire se détachent facilement des images de Mars. Certaines régions sont plus difficiles à distinguer, en particulier les principaux volcans au dessus desquels sont visibles des nuages blancs.

Exemple : la région de Elysium Planitia (au centre, en blanc) correspond au volcan Elysium Mons (400 km de diamètre, culmine à 14 km d’altitude).

Mars le 01/03/12 à 21h39 TU

L’utilisation d’une Barlow Televue x3 (contre x2 habituellement, échantillonnage nominal) permet d’augmenter la focale (et donc la taille de l’image sur le capteur) sans pour autant obtenir plus de détails (limitation du pouvoir séparateur du télescope).

Exemple : régions (sombres) de Mare Acidalium (au nord) et Mare Erythraeum (au sud)

Mars le 23/03/12 à 20h56 TU, Barlow x2

Mars le 23/03/12 à 21h08 TU Barlow x3

Soirée du 3 mai 2012 :

Le mois d’avril ayant été très pluvieux, j’ai rarement eu l’occasion de sortir le matériel, à part pour en vérifier rapidement la collimation et tenter de l’améliorer.  Ce n’est que le soir du 3 mai que je peux profiter d’un ciel bien dégagé pour prendre le temps d’observer Mars (Saturne étant trop basse sur l’horizon pour que je puisse l’apercevoir depuis mon jardin) et refaire d’autres vérifications de collimation.

Bien que son diamètre apparent ait diminué d’un tiers (10″)  deux mois après son passage à l’opposition, le pôle nord ainsi que les principales formations sont clairement visibles à l’oculaire avec un grossissement de 225x. L’augmentation du terminateur donne à Mars une forme plus ovale.

J’en profite pour faire quelques acquisitions en testant des temps de pose plus courts qu’habituellement (15-20 ms au lieu de 28ms) pour contrer la turbulence ce qui m’oblige à augmenter le gain (donc le bruit) pour que le contraste soit suffisant (90% au lieu de 75%).

Mars, le 03/05/12 à 21h06 TU
(compositage de 400 images à 15ms de pose et 90 % de gain, agrandissement de 150 %)

Mars, le 03/05/12 à 21h09 TU
(compositage de 400 images à 28ms de pose et 75 % de gain, agrandissement de 150 %)

Publicités

One Response to Mars – Opposition 2012

  1. SERRAU says:

    Etonnant de netteté ces clichés… Bravo Thierry !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :